Haïti : Environ 3 ans après les élections législatives, la libération du Sud-Est est loin…

En 2015, la population sudestoise avait conjugué leurs efforts et forces et avait uni leur voix pour dire non aux mauvaises gestions des parlementaires du Sud-Est, à savoir les frères Lambert. Surtout après la désinformation de Joseph LAMBERT, lors de son premier mandat à la tête du Sénat de la République, en déclarant sur l’une des ondes de la capitale que le pays allait connaître de grands bouleversements, en notre langue vernaculaire « Avan lontan sa pral gon kouri », à l’instant même, les marchands, les chauffeurs de taxis moto y compris les piétons s’étaient empressés de rentrer chez eux, et ça a été le signe visible d’un grand choc à travers toute la capitale du pays, notamment à Jacmel.

Cette renonciation c’est par le fait qu’aux yeux des citoyens dudit département, ces parlementaires n’avaient rien fait pour permettre à ce que les gens ont un sourire d’espoir sur leur visage.

Au cours des élections législatives du 29 octobre 2015, ils avaient décidé de tourner le dos à ces parlementaires juste pour pouvoir faire de nouvelles expériences aux trois potentiels candidats dont Kétel JEAN-PHILLIPE, Dieupie CHÉRUBIN et Ricard PIERRE, ancien Sénateur de la République. Beaucoup de gens s’étaient sacrifiés pour eux, notamment les jeunes écoliers et universitaires. Car ils considéraient que ces trois hommes-là, pourraient leur amener dans la terre promise. Ici, terre promise a le sens d’un département où les gens ont accès à l’alimentation, à la santé, à l’éducation, à l’électricité et à la sécurité, sans aucune embûche. De plus, là où la justice est pour tous. Malheureusement, ce n’est pas le cas. Pas mal de promesses avaient été faites et jusqu’à date, on pourrait dire qu’aucune de ses promesses n’est concrétisée.

C’est tellement vrai, un an après, lors des élections législatives du 20 novembre 2016, Hébert LAHATTE candidat au poste de Sénateur sous la bannière de KID#95 face au candidat malheureux, aux élections antérieures, Joseph LAMBERT et qui par la suite candidat sous la bannière de Konbit Nasyonal (KONA) avait eu l’occasion de remporter joyeusement les élections. À ce moment-là, le Parlementaire CHÉRUBIN, actuel 2ème Secrétaire du Sénat, en avait tiré leçons de ses graves erreurs politiques en tant que novice en la matière. La raison est bien simple, pour n’avoir pas contribué corps et âme à la victoire de son collègue et ami, Hébert LAHATTE.

L’un de ses élus avait promis qu’après six mois de sa prestation de serment en tant que Sénateur, toute la ville de Jacmel allait être électrifiée. D’un autre côté, le Président Jovenel Moise, lui-même, avait déclaré que dans la 2ème année de son quinquennat, tout le pays sera doté de l’électricité, 7 jours sur 7, 24hr/24hr. Les promesses ne cessent pas de se multiplier que ce soit au niveau de l’Exécutif qu’au niveau législatif. . Aux prochaines élections législatives de 2019, il y aura beaucoup de surprises dans le département du Sud-Est. Ce qui est sûr et certain.

Deux ans plus tard, après avoir entré en fonction, ces parlementaires n’arrivent pas à combler le vide qui rongeait la population. Aucun changement n’est opéré dans quelque soit le niveau. Ce qui pis est, la population patauge incessamment dans la misère. Face à cette pénible et douloureuse situation, bon nombre d’entre eux sont obligés de vendre leurs terres afin de se rendre en terre étrangère dans l’idée d’aller chercher une vie meilleure, voire le bonheur.

Est-ce que le visage de toute la population doit-il continuer à déceler le désespoir, le dédain, le regret, le remords? . . Rappelons que ces hommes avaient pour slogan « Sidès Libere », lors de leurs campagnes électorales.

RRI: Par Wilbert Alexis

2 pensées sur “Haïti : Environ 3 ans après les élections législatives, la libération du Sud-Est est loin…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *