Essaim d’activités au premier Salon international du livre de Jacmel

Le Salon international du livre de Jacmel, une initiative des Éditions Pùlucia appuyée par les ministères de la Culture et de l’Éducation nationale, a occupé pendant trois jours, 31 octobre, 1e et 2 novembre, la rue du Commerce et l’hôtel Florita. Cette zone consacrée à plusieurs champs d’activité culturelle a donné lieu à des prestations de théâtre de rue et a des lectures à haute voix consacrées à des pages de littérature liées aux auteurs jacméliens comme René Depestre, Maurice Cadet et Dr Frantz Large.

Malgré le climat tendu à Port-au-Prince, pneus enflammés, échange de tirs entre les gâchettes faciles de Martissant et de la Cité de Dieu, plusieurs écrivains se sont révélés courageux. Ils se sont risqués sur la route nationale numéro deux en vue de répondre à ce premier rendez-vous autour du livre : Gary Victor, Kettly Mars, Hélène Mauduit, Lionel Benjamin, Emmanuel Ménard, Jeudi Inéma, Georges Eddy Lucien, Reynaldo Pierre-Louis, Lorvens Montfleuri, Joël Pierre, Rodolphe Mathurin, Pierre Josué Agénor Cadet, Darline Honoré, Jean Maxis Réjouis, Frantz Large, Wébert Lahens qui a représenté le professeur Hérold Toussaint dont le livre, « Le métier d’étudiant », a eu un vif succès à la foire. Le doyen des écrivains jacméliens, Maurice Cadet, s’est senti honoré de voir autant de littéraires dans la ville qu’il chante dans ses recueils.

Investir les lieux

L’ambiance est accueillante. Tout tourne autour de la littérature. Comme pour Livres en folie, à Port-au-Prince, le P.D.G des Éditions Pùlucia, Ancion Pierre Paul, également directeur de la salle des nouvelles de radio Métronome, a récupéré la formule des organisateurs de Livres en folie : une station de radio investit les lieux, elle donne la parole aux auteurs et aux acheteurs, commente les textes et diffuse de la musique appropriée.

À peine le ministre de l’Éducation nationale, Agénor Cadet, a-t-il mis les pieds à l’hôtel Florita qu’il est invité à prendre la parole à radio Métronome qui diffuse l’événement en direct. Même réaction de la part des journalistes avec le ministre de la Culture et de la Communication, Michel Lapin.

À la rue du Commerce, on retrouve Communication Plus d’Anaïse Chavenet, une opératrice culturelle qui répond toujours au grand rendez-vous. Son stand, chargé d’ouvrages, côtoie celui de la Bibliothèque nationale d’Haïti et la maison d’édition Choucoune de Christophe Philippe Charles. Un peu plus loin, le stand de la maison C3 éditions et celui des Éditions Pùlucia de Jacmel. Sur la même rangée, le visiteur embrasse d’autres rayons : Éditions Rupture, Édtions Konbit, Éditions Cosmos, Éditions Zermet, Libraire du Succès.

À ce premier salon du livre, deux ministres ont répondu à ce rendez-vous : le ministre de la Culture et de la Communication, Jean-Michel Lapin, et le ministre de l’Éducation nationale et de la formation professionnelle, Pierre Josué Agénor Cadet. Trois ex-ministres de la Culture ont pris part à l’événement, le journaliste Marcus Garcia, le père Limon Toussaint et Joan Dithny Rathon.

Le premier salon du livre a multiplié plusieurs activités dans la ville : huit ateliers de lecture pour enfants et adolescents à la bouquinerie Aux trois Dumas et à Montfleuri, une zone enclavée à 30 minutes de voiture de Jacmel, causerie avec les auteurs (Emmanuel Ménard, Maurice Cadet, Georges Éddy Lucien et Rodolphe Mathurin) autour du thème « Ville et imaginaire à l’Alliance française », débats autour de l’œuvre de Kettly Mars au centre culturel Alcibiade Pommayrac, conférence sur la thématique « guédé » à Colin’s hôtel avec le hougan Woodson Antoine, représentant de l’ati national dans le Sud-Est, théâtre de rue avec le groupe Zantray Kilti (Kazak), lecture scénique avec Marc-Henry Valmont et Alix Olivier alias Rigole, soirée de clôture de remise du prix Gary Victor de la nouvelle francophone au Manoir de l’hôtel Adriana.

Le premier salon international du livre donne une idée de la volonté des opérateurs culturels et des écrivains attachés à la question du livre en Haïti. Dès le lendemain des activités, Clément Benoît de la Bibliothèque Georges Castera du Limbé est sur le terrain pour mettre en place la machine de la 55e édition de la foire de Livres en Liberté qui aura lieu les samedi 24 et dimanche 25 novembre 2018 sur le site de l’hôtel Florita à la rue du Commerce. L’invitée d’honneur de cette 55e édition, une icône : Yanick Lahens. De bon matin, Anaïse Chavenet et sa troupe ont repris la route, direction Jérémie : la ville des poètes, qui donne rendez-vous à la 7e édition du festival de la poésie autour du thème « Voyages, voyages » les 8, 9, 10 et 11 novembre dans la Grand’Anse. N’est-ce pas une vitalité dans le rayon de l’offre culturelle en Haïti ?

Source: Lenouvelliste / Claude Bernard Sérant

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *