Conflit d’intérêt entre l’ANTB et la loterie de l’état haïtien, les tenanciers de borlette du Sud-Est appellent à l’arbitrage

Depuis plusieurs mois, on assiste à un conflit ouvert entre les responsables de l’Association nationale des tenanciers de borlette (ANTB) et ceux de la Loterie de l’État haïtien (LEH) dans le département du Sud-Est. Ces deux institutions veulent à tout prix collecter simultanément les taxes en provenance des entreprises œuvrant dans le secteur de la borlette dans la région. Cette situation a plongé les tenanciers dans une grande confusion pour savoir laquelle de ces deux institutions est habilitée à collecter ces taxes.

À la fin de la semaine écoulée, ce problème pouvait tourner au vinaigre, quand Wilson Pierre, l’un des inspecteurs régionaux de l’ANTB, à la tête d’un groupe d’individus, sans présence d’un juge de paix, avait procédé à la saisie de matériels et à la fermeture de plusieurs banques de borlette dans les communes de Marigot, Cayes-Jacmel, entre autres, pour exiger le paiement des taxes.

Mécontents de cette décision, plusieurs tenanciers de borlette, membres de l’Association des tenanciers de borlette du Sud-Est (ATBS), informés de la situation, se sont rendus sur les lieux. Ce qui avait provoqué un affrontement entre ces deux entités qui pouvait même entraîner des morts d’hommes.

Devant ce conflit, le vendredi 26 octobre 2018, sous la houlette de l’ingénieur. Jude Pierre Michel Lafontant, délégué départemental du Sud-Est, une importante rencontre a eu lieu, dans les locaux de la délégation, autour du problème qui se pose au niveau du paiement d’autorisation de fonctionnement et la collecte de taxes. Plus d’une trentaine de représentants d’entreprises de tenanciers, de représentants de l’ANTB et de la LEH y ont pris part, ainsi que Frantz M. Pierre-Louis, secrétaire général de la délégation.

L’ingénieur. Jude Pierre Michel Lafontant, délégué du Sud-Est, se dit touché par les doléances des tenanciers qui se sont trouvés dans l’ambiguïté de fonctionner par rapport aux différentes pressions qu’ils ne cessent de subir soit par les agents de l’Association nationale des tenanciers de borlette (ANTB), soit par les agents de la loterie de l’État haïtien (LEH).

Par ailleurs, M. Lafontant promet qu’il va entreprendre des démarches auprès des autres instances de l’État central en vue de pallier ce problème. Toutefois, le délégué Jude Pierre Michel Lafontant a fait savoir qu’il y aurait une autre rencontre à ce sujet, le 9 novembre prochain.

Pour sa part, Nichardine Lauture, représentante de l’Association des tenanciers de borlette du (ATBS), regroupant plus d’une trentaine de tenanciers, a relaté des faits comme l’habitude de se faire rançonner sans cesse par des agents de l’Association nationale des tenanciers de borlette (ANTB). Toutefois, Nichardine Lauture a fait savoir que l’ATBS est prête à répondre aux exigences de la Loterie de l’État haïtien (LEH), suivant les formes légales.

Me Johnny Desvallons, avocat du barreau de Jacmel, a fait remarquer que le conflit existant entre l’Association nationale des tenanciers de borlette (ANTB) et la Lotterie de l’État haïtien (LEH) est très sérieux et nécessite une intervention urgente des autorités compétentes dans l’objectif de déterminer l’instance la mieux placée pour percevoir des taxes provenant des tenanciers.

« Un accord de partenariat a été signé entre l’ANTB et LEH donnant le plein pouvoir à l’ANTB de percevoir les taxes auparavant. Cet accord a pris fin en juin 2018 dernier », explique Me Desvallons. Il a par ailleurs précisé que toutes ces dérives découlent de la faiblesse de l’État.

Mentor André Augustin, coordonnateur adjoint de la Loterie de l’État haïtien (LEH) dans le Sud-Est, a confirmé qu’il y avait eu effectivement un accord signé entre l’Association nationale des tenanciers de borlette (ANTB) et la Loterie de l’État haïtien (LEH). Mais ce contrat est bel et bien caduc. Selon M. Augustin, beaucoup de personnes ont fait usage de faux, et demande à la justice de mener des enquêtes autour des dérives qui se sont produites dans ce système. « L’ANTB n’a pas respecté le contrat signé avec la LEH », martèle-t-il.

En attendant une décision du pouvoir central pouvant régulariser cette situation, le délégué Pierre Michel Lafontant a exigé des responsables de l’ANTB qu’ils restituent les matériels qui ont été saisis aux tenanciers.

Claudy Bélizaire claudyb15@yahoo.fr

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *