Haïti – Manifestations: Les portes des institutions publiques de Jacmel fermées, les manifestants encore dans les rues…

Depuis six jours, plusieurs rues à Jacmel sont barricadées et des caoutchoucs enflammés déposés un peu partout dans la cité d’Alcibiade Pommayrac par des protestataires réclamant, la démission du président Jovenel Moïse, vu son implication dans la dilapidation des fonds Petrocaribe.  

Au milieu de cette semaine, soit le lundi 10 juin, les protestataires avaient procédé à la fermeture de plusieurs institutions publiques dont l’OFATMA, l’ED’H, la BNC, le bureau des Travaux publics, Transports et Communications (TPTC), la mairie de Jacmel, le parquet et le tribunal de première instance de Jacmel, entre autres. Face à la resistance de responsables récalcitrants de certains bureaux publics refusant de relâcher les employés paisiblement, les manifestants ont utilisé leurs propres cadenas pour verrouiller les portes de ces institutions étatiques.

Des institutions privées et commerciales sont obligées de fermer leurs portes par peur d’être attaquées par ces protestataires réclamant à tout prix la démission du premier mandataire de la nation, dont le nom est cité 69 fois dans le deuxième rapport de la CSC/CA.

« La fermeture des bureaux étatiques dans la région est un signal clair lancé aux membres du pouvoir en place pour leur dire qu’ils ne dirigent rien», a déclaré un manifestant.

À la tête de la manifestation, des centaines de chauffeurs de taxi-motos qui eux aussi disent être appuyer les différents mouvements de protestation devant aboutir à la démission du chef de l’État haïtien, Jovenel Moïse à la tête du pays, souhaitant du changement et de meilleures conditions de vie pour la population.

Mercredi, en milieu de journée, dans le cadre des mouvements de protestation, le bâtiment logeant l’école baptiste Hosanna de Jacmel, institution que dirige le sénateur Dieupie Chérubin, a été saccagé par des manifestants. Plusieurs vitres ont été brisées par des pierres, alors que les élèves étaient en pleine salle de classe. Les agents assurant la sécurité de l’espace ont tiré en l’air en vue de calmer la fureur des protestataires. Cette situation avait provoqué une véritable panique où élèves, enseignants, personnel de la direction couraient dans toutes les directions.

Comme à l’accoutumée et planifié par les leaders du mouvement, c’est sur la place d’armes Toussaint Louverture que la manifestation démarre chaque jour entre dix heures et midi.

Le vendredi 14 juin 2019, suite au passage d’un groupe de protestataires peu nombreux sur l’avenue Barranquilla, précisément au niveau de la route de Saint-Cyr, la circulation allait être paralysée ; un trailer placé en travers de la route, empêchant la circulation des véhicules sur la voie publique.

Soulignons que seules les institutions scolaires fonctionnent timidement à Jacmel ; elles sont en période d’examens de fin d’année.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *