Dialogue interhaïtien : Jovenel Moïse fait appel au secrétaire général de l’ONU

Après avoir lui-même échoué à maintes reprises à lancer le dialogue sur la crise politique qui secoue le pays depuis son accession à la magistrature suprême, le président de la République fait appel maintenant au secrétaire général de l’ONU, pour qu’il joue « le rôle d’observateur dans ce dialogue interhaïtien ». Devant le Conseil de sécurité des Nations unies, mercredi, le ministre haïtien des Affaires étrangères a affirmé avoir obtenu les bons offices de Antonio Gutierrez en ce sens…

Etats généraux sectoriels, Jovenel Moïse, Jean-Henry Céant, Gabriel Fortuné, le Comité de facilitation du dialogue national, ils ont tous échoué ou presque à mettre sur la table du dialogue tous les acteurs de la société. Le chef de l’Etat change de stratégie. Il fait appel maintenant à un étranger, un «Blanc», dans l’espoir qu’il pourra inciter les Haïtiens à dialoguer entre eux.

« …j’ai déjà sollicité, au nom du Président de la République, et obtenu que l’Organisation des Nations unies, faisant usage des bons offices du Secrétaire général, joue le rôle d’observateur dans ce dialogue interhaïtien. Aussi une requête d’assistance technique a-t-elle été émise par le Comité de facilitation du dialogue national, pour la mise à disposition d’un expert chevronné des Nations unies en la matière », a déclaré le ministre Bocchit Edmond dans son intervention, mercredi, devant le Conseil de sécurité de l’ONU à New York.

Selon le ministre des Affaires étrangères, le président de la République est conscient qu’aucun parti politique, aucun secteur de la vie nationale, ne peut prétendre surmonter seul les défis majeurs auxquels le pays se trouve confronté. « C’est pourquoi il a réitéré l’appel inconditionnel à un dialogue constructif et inclusif entre tous les acteurs de la vie nationale, persuadé que le relèvement de la Nation engage la responsabilité de tous les Haïtiens de bonne volonté », a-t-il affirmé.

Bocchit Edmond déclare : « C’est dans cet esprit et dans le respect des prescrits de la Constitution haïtienne de 1987 amendée que le Président de la République a entamé une série de discussions avec plusieurs secteurs, en vue du choix d’un nouveau Premier ministre, en consultation avec le Président du Sénat et Celui de la Chambre des députés, et de la formation d’un gouvernement qui reflète les attentes légitimes de tous les secteurs de la vie nationale ».

Toujours dans l’esprit du dialogue, le ministre des Affaires étrangères a fait savoir devant le Conseil de sécurité de l’ONU que le chef de l’Etat a réactivé, le 12 mars écoulé, la Commission nationale de désarmement, de démantèlement et de réinsertion (CNDDR), « afin de prendre en main toutes les questions liées à la violence de proximité qui constitue un frein au développement socio-économique du pays. Cette décision du Président a donné l’élan nécessaire à l’élaboration d’une Stratégie nationale de contrôle de la circulation des armes et d’appui aux jeunes vulnérables et susceptibles d’être recrutés par des bandes organisées », a-t-il expliqué.

A ce niveau, Bocchit Edmond, au nom du gouvernement démissionnaire, sollicite ce qu’il appelle un « un appui stratégique des Nations unies, dans le cadre de la Mission politique spéciale » qui remplacera la MINUJUSTH. « Cet appui permettra de reconfigurer ladite Commission, en tenant compte des axes suivants : Développement d’un programme de gestion des armes et munitions ; mise en œuvre de projets socio-économiques destinés à réduire la violence communautaire ; élargissement de la présence de la police communautaire dans les zones à risques », a-t-il détaillé.

« J’ai hâte de poursuivre avec la Représentante spéciale, Madame Helen La Lime, les discussions devant aboutir à l’établissement du support technique des Nations unies au dialogue national, ainsi qu’à l’élaboration de la Stratégie nationale de lutte contre la prolifération des bandes armées », a avancé le ministre.

Par ailleurs, il a fait savoir que l’année 2019 « constitue pour mon pays, à bien des égards, une année charnière, qui sera fortement marquée par la pertinence des efforts des autorités nationales pour prendre en compte les revendications insistantes de toutes les couches de la population. L’organisation des prochaines élections législatives, dans un environnement sécuritaire apaisé, sera particulièrement cruciale. Le gouvernement de la République s’engage à prendre toutes les dispositions nécessaires, afin qu’elles se déroulent dans le respect des échéances constitutionnelles et dans un contexte renouvelé par un dialogue constructif », a voulu rassurer le ministre Edmond.

S’agissant du dialogue, les partis politiques de l’aile dure de l’opposition ont déjà boudé plusieurs invitations de Jovenel Moïse. Ils campent sur leurs positions : le départ du président de la République et la formation d’un gouvernement de transition.

Publié le 2019-04-03 | Le Nouvelliste
Robenson Geffrard

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *