Une vingtaine de magasins ferment leurs portes provisoirement à Jacmel

Suite à une concertation entre plusieurs commerçants et propriétaires de magasins spécialisés dans la vente de produits de première nécessité dans la métropole du Sud-Est, plus d’une vingtaine de magasins ont fermé leurs portes provisoirement ce mercredi 30 janvier 2019. Cette décision survient suite à la hausse des prix des produits due à la dévaluation ininterrompue de la gourde haïtienne face au dollar américain dans le pays.

Lors d’une rencontre organisée dans l’après-midi de mercredi, en présence, entre autres, de Friteau Marc, président de la Chambre de commerce, de l’industrie et des professions du Sud-Est d’Haïti (CCIPSEH), et de Gueslin Faustin, président de la Fédération des associations des consommateurs du Sud-Est (FADECSE), un groupe de commerçants et de propriétaires de magasins à Jacmel ont annoncé la fermeture de leurs entreprises jusqu’au vendredi 1er février 2019.

« Nous nous trouvons face à une obligation incontournable de fermer les portes de nos magasins aujourd’hui à cause de l’augmentation du taux du dollar américain sur le marché national. Cette situation crée une certaine instabilité pour nous les commerçants en ce qui a trait à l’achat et au renouvellement de nos stocks de produits », a déclaré Aridou Jean-Baptiste, propriétaire de Quotidien Bazar.

Selon Mirlande Exavier, responsable du magasin Grâce Bon-Dieu, ces deux journées de non-fonctionnement est un signal clair lancé aux autorités haïtiennes, notamment l’administration Moïse-Céant, pour leur dire que cette situation mérite une intervention urgente. En outre, l’entrepreneure dit attirer l’attention des fournisseurs sur les conséquences de la montée du taux du dollar américain et son impact sur les activités de commerce en Haïti.

Tout en présentant ses excuses aux consommateurs finaux et à la population en général pour cette suspension, Pierre Marie Solaine, responsable du magasin Sainte-Anne, critique le laxisme des dirigeants du pays qui n’ont rien fait en vue de créer la stabilité en Haïti. « Mon plus grand souci, c’est la population défavorisée qui paie très souvent les pots cassés », lâche Mme Pierre. Elle menace de fermer définitivement les portes de son entreprise pour se diriger vers d’autres cieux, même si elle dit être consciente que cette décision pourrait plonger beaucoup de personnes dans le chômage.

Dans son intervention, Friteau Marc, président de la Chambre de commerce dans le Sud-Est, a salué l’initiative prise par ces commerçants dans la région dont l’objectif est de forcer les autorités du pays à agir en faveur de la population. Toutefois, ce dernier plaide pour la mise en place de magasins de l’État, ce qui, selon le numéro un de la CCIPSEH, peut contribuer à la protection des commerçants et des consommateurs.

La fermeture de plus d’une vingtaine de magasins à Jacmel a déjà des incidences sur la population. Plusieurs chauffeurs de camions et petits détaillants en provenance des sections communales du département du Sud-Est rencontrés au marché public de Jacmel à Beaudouin ont dû rentrer chez eux avec leurs barques vides, sans avoir l’opportunité de s’approvisionner en produits de première nécessité. Une situation qui s’annonce déjà très inquiétante dans la région.

Claudy Belizaire claudyb15@yahoo.fr

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *